Combien d’heures un enfant doit-il dormir par jour ?

The number of hours a baby needs to sleep varies according to age and growth. When he is a newborn

Une bonne nuit de sommeil est essentielle pour le bien-être des enfants. Et, comme pour presque tout, les bonnes habitudes se prennent tôt. Nous vous expliquons pourquoi et vous donnons le tableau avec le nombre d’heures de sommeil conseillé pour chaque tranche d’âge. Le nombre d’heures de sommeil dont un bébé a besoin varie en fonction de son âge et de sa croissance. Lorsqu’il est nouveau-né, il dort généralement entre 16 et 20 heures par jour, tandis que lorsqu’il a un an, il dort déjà environ 10 heures par nuit et fait deux siestes dans la journée, de 1 à 2 heures chacune.

Bien que les bébés dorment la plupart du temps, jusqu’à l’âge de 6 mois environ, ils ne dorment pas pendant de nombreuses heures d’affilée, car ils se réveillent ou doivent être réveillés pour l’allaitement. Cependant, à partir de cet âge, le bébé peut dormir presque toute la nuit sans se réveiller pour manger.

Nombre d’heures de sommeil du bébé

Le nombre d’heures de sommeil d’un bébé par jour varie en fonction de son âge et de sa croissance. Consultez le tableau ci-dessous pour connaître le nombre d’heures de sommeil dont le bébé a besoin.

ÂgeNombre d’heures de sommeil par jour
Nouveau-né16 à 20 heures au total
1 mois16 à 18 heures au total
2 mois15 à 16 heures au total
4 mois9 à 12 heures par nuit + deux siestes dans la journée de 2 à 3 heures chacune
6 mois11 heures par nuit + deux siestes dans la journée de 2 à 3 heures chacune
9 mois11 heures par nuit + deux siestes de 1 à 2 heures chacune dans la journée
1 an10 à 11 heures par nuit + deux siestes de 1 à 2 heures chacune dans la journée
2 ans11 heures par nuit + une sieste d’environ 2 heures dans la journée
3 ans10 à 11 heures par nuit + une sieste de 2 heures dans la journée

Chaque bébé étant différent, certains peuvent dormir beaucoup plus longtemps ou plusieurs heures d’affilée que d’autres. L’important est d’aider à créer une routine de sommeil pour le bébé, en respectant son rythme de développement.

Comment aider le bébé à dormir ?

Les nouveau-nés doivent dormir environ 16 heures par jour. Chaque enfant est différent et l’alimentation est un facteur de l’équation – au début, il peut être recommandé de nourrir le bébé toutes les deux ou trois heures. Il est important de comprendre que les avantages du sommeil à ce stade vont bien au-delà du repos des parents. Un bon sommeil est essentiel au développement du cerveau, à la mémorisation et à l’équilibre de l’humeur, ce qui aide les enfants à être moins irritables. Il est également prouvé que les bébés qui dorment moins ont tendance à accumuler plus de graisse, avec un effet sur l’excès de poids dans les premières années de la vie. Voici quelques conseils pour aider bébé à dormir :

  • Créez une routine de sommeil, en laissant les rideaux ouverts et en parlant ou en jouant avec le bébé lorsqu’il est éveillé pendant la journée et en parlant sur un ton plus bas et plus doux la nuit, afin que le bébé commence à différencier le jour de la nuit ;
  • Mettez le bébé au lit dès que vous observez un signe de fatigue, mais en le gardant éveillé pour l’habituer à s’endormir dans son propre lit ;
  • Diminuez le nombre de jeux après le dîner, en évitant les lumières très vives ou la télévision ;
  • Donner un bain chaud quelques heures avant que le bébé ne s’endorme pour le calmer ;
  • Bercez le bébé, lisez ou chantez une chanson sur un ton doux avant de le mettre au lit pour lui faire comprendre qu’il est temps de dormir ;
  • Ne mettez pas trop de temps à endormir le bébé car il pourrait devenir plus agité et il serait plus difficile de s’endormir.
  • À partir de 7 mois, il est normal que le bébé soit agité et ait du mal à s’endormir ou qu’il se réveille plusieurs fois pendant la nuit parce qu’il veut mettre en pratique tout ce qu’il a appris pendant la journée.
blank
CRÉDIT : WILIAM FORTUNATO / PEXELS

Puis-je laisser le bébé pleurer jusqu’à ce qu’il se calme ?

Il existe plusieurs théories sur la façon d’entraîner le sommeil d’un bébé. L’une d’entre elles, très courante, consiste à laisser le bébé pleurer jusqu’à ce qu’il se calme. Il s’agit toutefois d’une théorie controversée, car certaines études indiquent que cela peut être traumatisant pour le bébé, qui peut se sentir abandonné et voir son niveau de stress augmenter.

Cependant, d’autres recherches soutiennent l’idée qu’après quelques jours, le bébé comprend qu’il n’est pas utile de pleurer la nuit et apprend à s’endormir tout seul. Selon ces études, bien que cela puisse sembler être une attitude froide et cruelle de la part des parents, la technique semble fonctionner sans causer de traumatisme au bébé ni nuire à ses relations avec ses parents.

Pour ces raisons, il n’y a pas de réelle contre-indication à cette stratégie, mais elle ne doit être adoptée que lorsque c’est le souhait des parents et toujours sous la supervision du pédiatre. Les parents qui choisissent d’adopter cette stratégie doivent également prendre certaines précautions, telles que : éviter de le faire avec des bébés de moins de 6 mois, introduire l’approche progressivement, et toujours jeter un coup d’œil dans la chambre pour confirmer que la raison des pleurs n’est pas une situation dangereuse.

Grandir et apprendre

Le sommeil dans la petite enfance, jusqu’à l’âge de six ans, passe par plusieurs phases. Entre trois et six ans, les enfants ont besoin de 10 à 13 heures de repos, mais ce n’est pas seulement la durée du sommeil qui change. Selon la National Sleep Foundation des États-Unis, au cours des premiers mois de la vie, le cycle de sommeil de l’enfant se répartit à parts égales entre les deux stades REM et NREM, le premier étant le plus profond où se produisent les rêves et le second celui où se produit l’oxygénation des muscles nécessaires à la croissance et où sont libérées les hormones indispensables au développement. Au fur et à mesure que les enfants grandissent, les cycles se raccourcissent et le sommeil NREM domine car ils grandissent plus rapidement. D’où l’importance de prévenir le manque de sommeil et de résister aux demandes d’aller se coucher plus tard afin qu’ils puissent profiter au maximum de ces effets.

1 – Jusqu’à l’âge de trois/quatre ans, la plupart des enfants ont besoin d’une sieste de une à trois heures en milieu de journée.

2 – Au moment du coucher, il est important d’avoir une routine de sommeil, qu’il s’agisse de respecter les règles d’hygiène, de lire une histoire ou de boire un verre de lait. Il ne doit pas y avoir de télévision dans la chambre de l’enfant et les écrans avant le coucher sont totalement déconseillés. La lumière bleue des appareils tels que les smartphones perturbe l’organisme et inhibe la production de mélatonine, essentielle à un sommeil de qualité.

3 – La Société portugaise de pédiatrie (SPP) recommande un environnement de sommeil calme, avec une température douce. Le contact au milieu de la nuit doit être bref, afin de garder l’enfant dans son lit. La présence d’un objet de transition, comme un jouet doux ou une couverture, peut aider l’enfant à se sentir en sécurité pendant cette phase.

Autonomie avec règles

Jusqu’à l’âge de 12 ans, l’enfant va de plus en plus affirmer sa personnalité, pour finalement entrer dans l’adolescence. Si certains jeunes sont plus nocturnes, notamment parce que la mélatonine tend à être produite plus tard, jusqu’à cet âge le minimum est de neuf heures de sommeil par nuit, certains enfants ayant besoin de plus d’heures de sommeil.

1- Insistez sur le fait que les heures de lever et de coucher sont essentielles pour une bonne routine de sommeil. Le week-end, il peut y avoir plus de compromis, mais pas plus d’une à deux heures par rapport aux jours d’école. De même, pendant les vacances, l’horaire peut être moins strict mais avant de reprendre l’école, il faut veiller à rétablir un horaire de sommeil correct.

2 – Les cauchemars ou la peur habituelle du noir sont des problèmes courants dans cette tranche d’âge. Il convient de les détecter rapidement afin qu’ils ne deviennent pas quelque chose de plus grave. Si la parole ou des stratégies telles que laisser la lumière allumée temporairement ne fonctionnent pas, demandez conseil.

3 – On estime que jusqu’à un tiers des enfants connaissent une forme de trouble du sommeil, y compris l’insomnie. L’un des facteurs de risque est la consommation d’aliments stimulants comme les sucreries et les boissons sucrées, en particulier le soir.

4 – Faire de l’exercice pendant la journée contribue à de bonnes nuits de sommeil. Une étude de l’université Monash, qui a suivi 519 enfants de la naissance à l’âge de sept ans, a conclu que ceux qui étaient plus actifs physiquement mettaient moins de temps à s’endormir. En moyenne, les participants ont mis 26 minutes pour s’endormir, mais les plus sédentaires ont mis jusqu’à trois heures. La nuit, en revanche, il faut faire preuve de retenue dans la pratique de l’exercice physique. Le PSP défend l’idée que les activités physiques vigoureuses doivent être évitées au moins deux heures avant le coucher.

5 – Plutôt que de les forcer, parlez-leur des bienfaits du sommeil. Plusieurs études ont déjà établi un lien entre les mauvaises nuits de sommeil et les mauvaises notes à l’école.

What do you think?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *